Laurent BRIANCON et Luc THOREL, Directeurs du Projet National ASIRI+, vous proposent un état d’avancement du Projet National à fin 2020.

Le Projet National ASIRI+ est administré par l’IREX.

Les expérimentations en semi vraie grandeur (16 IR) dans la fosse d’essai du Cerema (rôle des géosynthétiques) ont été définies et en partie approvisionnées. Une doctorante « Cifre » (Clara Terqueux – Ménard) a débuté sa thèse sur ce sujet en novembre 2020. L’expérimentation débutera au printemps 2021.

Un mur renforcé (tâche 2) sur inclusions rigides a été instrumenté en décembre 2020. Il s’agit de l’élargissement d’un remblai autoroutier à Chambéry. Les inclusions ont été réalisées par NGE.

Instrumentation des inclusions rigides d’un remblai d’élargissement de l’autoroute A43 (Laurent Briançon)

L’Université Gustave Eiffel développe un modèle réduit centrifugé 2D pour tester des sollicitations de circulation ; des expérimentations de référence (fondations superficielles) ont été entreprises. La thèse « Cifre » de Nisrine Abou Chaz (Tencate) a débuté en novembre 2020, pour travailler sur un banc expérimental à échelle 1 à l’INSA de Lyon et tester les renforcements géosynthétiques dans les plateformes de transfert de charge soumises à des sollicitations de circulation.

 Une expérimentation en vraie grandeur (Tâche 4) de chargement de deux dallages et trois semelles sur inclusions instrumentées a été mise en œuvre afin de vérifier l’influence de la présence d’une plateforme de transfert de charge (Keller, UGE, Colas, Ginger Beckaert et Insa de Lyon).

Essais en vraie grandeur de chargement de dallages et semelles sur inclusions rigides (Fabien Szymkiewicz)

La tâche 5 est traitée en partenariat avec le consortium du projet FUI FEDRE, portant sur le « re-powering » des éoliennes. Une éolienne sur inclusions rigides a été instrumentée. Les résultats des essais ont été synthétisés pour organiser au printemps 2021 un benchmark dans le cadre du PN ASIRI+.

Le Projet ANR ASIRIplus_SDS s’intéresse aux sollicitations dynamiques et sismiques. Regroupant les tâches 6 et 7, il a débuté en mars 2020 en s’appuyant sur une approche jumelée de modélisations physique et numérique.  La thèse de Ramon Alcala Ochoa a débuté mi-septembre 2020 à l’ECN.

Tâche 8 : un premier benchmark numérique, portant sur des essais de fondations superficielles, réalisés en centrifugeuse à Nantes dans le cadre du PN ASIRI et non exploités jusqu’ici, a été organisé .

Une post-doc (Myriam Saadé) a été recrutée par l’IREX pour travailler sur l’impact environnemental (tâche 9) et l’ACV en commun avec d’autres projets nationaux

Accès partenaires : asiriplus (omnispace.fr)